Pourquoi avoir choisi ce sujet pour ton mémoire de fin d’apprentissage en médiamatique?

La priorité, c’était l’utilité pour l’Institut. L’IML teste constamment de nouvelles méthodes d’e-learning. La réalité virtuelle (RV) m’intéressait, car c’est un sujet concret et que j’en avais déjà beaucoup entendu parler. J’ai donc souhaité approfondir la question. Mon mémoire s’intitule « Un labo de réalité virtuelle pour les étudiants en médecine ». La nouveauté à l’UniZiegler, c’est que les étudiants peuvent réserver l’équipement et le logiciel de RV.

Quelle a été ta motivation?

Je suis un passionné de matériel informatique, je passe mon temps libre à bricoler des ordinateurs. Souvent, dans le métier de médiamaticien, le résultat – que ce soit une vidéo, un logo ou un site web – n’est pas palpable de suite. Avec la réalité virtuelle, il suffit d’avoir un ordinateur et un kit de RV. L’aboutissement du travail se voit relativement vite. J’aimais l’idée que mon mémoire puisse aider les étudiants dans leurs apprentissages et qu’il ait ainsi une valeur ajoutée pour la médecine (pour des exemples, voir la vidéo de démonstration).

La réalité virtuelle, c’est quoi exactement?

La réalité virtuelle désigne l’immersion dans un monde créé de manière artificielle. Il faut pour cela un casque RV et deux contrôleurs (télécommandes). Le casque est composé de deux écrans, un par œil, permettant de couvrir la totalité du champ de vision. Les contrôleurs imitent généralement les mains.

Qu’est-ce que cela a d’extraordinaire?

Le casque peut vous emmener – virtuellement – partout où vous le souhaitez. Une fois immergé dans la situation simulée – qu’il s’agisse d’un cœur humain, d’un squelette, de soins aux patients ou d’un panorama de montagne – on a les mêmes sensations que dans le monde réel, car le champ de vision et le mouvement sont perçus comme dans la réalité. Le centre d’apprentissage de l’UniZiegler s’est doté, à titre expérimental, d’un laboratoire de réalité virtuelle dédié à cette nouvelle méthode d’apprentissage. Les étudiants intéressés pourront s’y rendre sur rendez-vous à partir du semestre prochain.

Quelle valeur ajoutée la RV peut-elle apporter aux étudiants?

Elle permet par exemple d’appréhender l’anatomie autrement puisqu’on peut plonger virtuellement dans un corps et se «déplacer» à l’intérieur (voir vidéo de démonstration). Le contrôleur offre aux étudiants la possibilité d’explorer les veines, les muscles, voire un squelette entier, et même l’intérieur d’un cœur. L’espace en trois dimensions permet par exemple de tourner autour d’un cœur pour l’examiner sous toutes ses facettes. En plus, l’état d’un organe donné – comme un battement de cœur accéléré – peut être adapté à l’état de santé général (personne saine ou malade).

Quel est l’apport pour l’IML?

L’un des avantages, c’est sûrement que l’IML s’est mis très tôt à tester cette technologie et qu’il expérimente de nouvelles possibilités techniques. Mais comme notre environnement d’essai en est encore à un stade précoce, il faut évaluer cet outil avant de le mettre à la disposition des étudiants dans le cadre des cours. Il s’agit de déterminer quelle est l’efficacité réelle de cette méthode d’apprentissage, quels sont ses avantages et inconvénients et comment on peut l’améliorer.

Qu’as-tu appris de nouveau?

Au début du projet, je pensais que la réalité virtuelle n’était qu’une sorte de jeu. Puis j’ai constaté à quel point cette nouvelle technique est «puissante». Comme on peut simuler l’intérieur d’un corps en grand, de manière interactive, les réalités médicales sont plus faciles à comprendre dans certains cas, ce qu’il s’agit toutefois de vérifier scientifiquement.  

Play Video
Voir la vidéo du fabricant "Explore your body in an amazing new way"